Ernestviller

Présentation générale

Ernestviller est une commune du canton de Sarralbe située sur la route nationale 74 Sarreguemines – Morhange, à 10,5 km de Forbach et à 5 km de la gare de Hundling. Elle possède une annexe : Heckenransbach.

La commune compte 527 habitants au dernier recensement.

Les habitants d’Ernestviller sont appelés les Ernestvillois.

Un peu d’histoire

Ernestviller

Sur l’emplacement du village actuel d’Ernestviller se trouvait jadis le village Reinholdsbronn (Rhinaltsborn, Rinderborn), dépendant de la seigneurie de Puttelange qui appartenait aux seigneurs de Blieskastel et depuis 1274 à la maison de Salm.
L’abbaye de Wadgassen y possédait des terres qu’elle avait défrichées et mises en culture comme il ressort de la charte de confirmation de l’Evêque de Metz, en 1141. Quand le comte Henri, seigneur de Blieskastel, céda à l’abbaye, en 1232, le patronage de l’église de Puttelange, elle donna au comte des terres situées à Reinholdsbronn (et Woustviller et Heckenransbach).

Plus tard le village fut abandonné.

Le 8 novembre 1603, le comte Pierre-Ernest de Mansfeld (1517-1601), seigneur de Puttelange, par son épouse Julienne de la famille des Rhingraves de Salm, céda tout le ban à Hans Mathis, Dionysius Rogé, moyen­nant une redevance modérée à charge de défricher le forêt de « Scheenen­berg » pour y construire un village, appelé Ernestviller, d’après le nom du comte. Le ban comprenait 1516 jours, dont 1025 jours de forêt.

En 1617, le prévôt de la seigneurie arrêta à Sarreguemines une bande de voleurs de chevaux. Trois des malfaiteurs, dont Jean d’Ernestviller, furent condamnés à la pendaison.

Ravagé pendant la guerre de Trente Ans, le village n’est pas encore habité en 1665.

Le village est bombardé au mois de mai 1940, occupé par les troupes allemandes au mois de juin 1940, bombardé de nouveau en novembre 1944 et libéré par les troupes américaines le 4 décembre 1944.

Ernestviller est jusqu’à la Révolution une annexe de l’ancienne paroisse de Heckenransbach, mais était desservie au 18e siècle par le curé de Putte­lange (jusqu’en 1717), en 1802, annexe de Puttelange, et en 1881 érigé en paroisse de l’archiprêtré de Sarralbe.

L’église, dédiée à St. Michel (29 septembre), fut construite en 1910.

Heckenransbach

Appelé « Ramespach » en 1149 – « Ransbach » en 1196 – « Hecken­Ranspach » en 1779.

Heckenransbach est, en 1790, une commune du canton de Puttelange, en 1802 du canton de Sarralbe et depuis 1811 annexe d’Ernest­viller.

Heckenransbach est déjà mentionné en 796 parmi les possessions de l’abbaye de Hornbach. L’abbaye de Wadga$sen y posséda des terres en 1152 et acquit en 1170, la ferme que l’abbaye de Bouzonville possédait à Hecken­ransbach pour 28 talents ; l’achat fut confirmé, en 1185 par l’abbé Reiner de Bouzonville et l’abbé Godfried de Wadgassen.

En 1581, le comte de Sarrebruck, voué de l’abbaye de Wadgassen, céda ses droits de vouerie sur les biens de Heckenransbach au duc de Lorraine. Le village ne faisait pas partie du comté de Puttelange, mais il était partagé entre la Lorraine (châtellenie de Sarreguemines) et Blieskastel ; cependant la souveraineté appartenait à la Lorraine. Blieskastel qui élevait des prétentions à la souveraineté, y renonça en 1781 en faveur de la France (à laquelle la Lorraine était réunie depuis 1766).

La paroisse d’Heckenransbach est déjà mentionnée en 1141. En 1196, l’Evéque de Metz Bertram en conféra le patronage à l’abbaye de Wadgassen ; ses annexes furent Grundviller et depuis 1717 Ernestviller. Après les ravages de la guerre de Trente Ans jusqu’en 1717, le curé de Puttelange desservait Heckenransbach et Ernestviller.

L’église, sous le vocable de la Nativité, fut reconstruite en partie vers 1780 et la nef après 1780. L’ancien clocher fortifié remonte au XIIe siècle avec des parties des XIVe et XVe siècles ; chœur sur plan carré (classé monument historique).

L’équipe municipale

Maire : M. Roger Heim

Conseillers municipaux : Jean-Claude BARTHEL, Stéphane BOUR, Adolphe BUR, Marie-Claire CIMINO, Stéphane GIGLIA, Virginie GRAZIANI,  Gérard GRILL, Stéphane HENRION, Pascal JENFT, Laurent JOCHEM, André KARST, Didier PETERMANN, Marie-André SCHWARTZ, Didier SCHWEITZER.

Mairie – ERNESTVILLER

64 r Bourg 57510 ERNESTVILLER
Tél. : 03 87 09 40 60
Fax : 03 87 09 40 60

Courriel : ernestviller.mairie@wanadoo.fr

Secrétaire de mairie : Claudine BRACH

Mardi et vendredi de 17h30 à 19h
Mercredi matin de 10h à 11h30

A voir !

> Les douves du château-fort à Ernestviller
Le château-fort, disparu, était situé entre Guébenhouse et Heckenransbach. Pendant la guerre de la succession de Blieskastel entre Salm et Lorraine (1274-78), Henri de Salm occupa aussi le château de Schaumbourg (Schomburg, près de Tholey, Sarre). En 1277, le duc de Lorraine s’en rendit maître. Alors le comte de Salm dédommagea le châtelain Jean de Schomburg par des domaines dans la vallée de Puttelange avec l’obligation de faire la garde du château de Puttelange. Jean de Schom­burg construisit un nouveau château de Schaumburg, dit Schomburg, sur le ban du village de Reinholdsborn. Le château fut très probablement détruit en 1405 par les Messins qui étaient alors en guerre contre les comtes de Salm, de Sarrebruck et de Saaitiverden. Il ne fut plus reconstruit.

On peut toujours aujourd’hui voir les douves du château en empruntant le chemin communal qui prolonge la rue du vieux château à Ernestviller.

> La chapelle d’Heckenransbach
Elle offre depuis des siècles aux curieux le spectacle d’un édifice religieux, constitué de deux parties, d’une grande richesse historique. La plus ancienne partie est la tour ronde de 6,60 m de diamètre à la base, et qui devient carrée en hauteur. Cette tour, d’une hauteur de 17 m est surmontée d’un toit.

Ses murs, de 1,3 m d’épaisseur, sont ouverts sur le chœur de la chapelle au niveau du mur Sud. Le rez-de-chaussée de la tour est aujourd’hui une sacristie voûtée d’une croisée d’ogives. L’église, dédiée à la vierge, comporte quant à elle un portail de plein cintre portant la date de 1708 et donnant accès à une nef très dépouillée. Elle communique avec le chœur dont le mobilier est particulièrement intéressant : il est constitué d’un petit autel baroque, d’un  baptistère de 1719 surmonté d’un dais élégant, d’une vierge à l’enfant datant du XIIIe siècle et d’une statue en bois de Sainte Anne du XVIIIe siècle.

A vivre !

> Âge d’Or
Président : Gilbert HOLTZ
Activités : jeux de société, repas, sorties, visites
Lieu : salles polyvalentes de Ernestviller et de Heckenransbach

Dernière modification : 26 août 2014