Le Plan Climat Territorial de la Communauté d’Agglomération

Le 24 janvier 2013

La Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences œuvre depuis de nombreuses années dans le domaine de l’environnement. En 2008, elle inscrit le développement durable au cœur de sa stratégie. En effet, jusqu’à présent, notre EPCI agissait dans des domaines strictement liés à l’environnement comme en matière d’assainissement, de collecte et de tri des déchets, de lutte contre les crues… Aujourd’hui, le développement durable de notre territoire impose d’associer à l’environnement les notions d’économie et de social. C’est la recherche d’un équilibre entre ces 3 dimensions.

Le programme d’actions de la Communauté d’Agglomération en matière de développement durable a été validé par les élus fin 2008. Cette politique fait aujourd’hui partie intégrante de notre activité puisqu’elle s’applique de manière transversale à tous les domaines de compétence de notre collectivité. Elle traduit la volonté des élus et des agents de tendre vers la performance environnementale au quotidien.

Depuis 2009, nous prenons systématiquement en compte dans nos projets des notions telles que la lutte contre le changement climatique, l’efficacité énergétique, la diminution de la dépendance aux énergies fossiles, le développement local, sans oublier les aspects pédagogiques.

Le changement climatique

Le mode de vie, de production et de consommation que nous connaissons actuellement n’est pas viable dans la mesure où il génère des dérèglements climatiques, l’épuisement des ressources naturelles, menace la biodiversité et est source d’inégalités sociales.

Le quatrième rapport du groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), qui rassemble plus de 2500 scientifiques de 192 pays, confirme que, selon l’ensemble des constats effectués, le changement climatique est aujourd’hui une certitude. L’augmentation générale des températures mondiales moyennes de l’air et des océans, la propagation de la fonte des neiges et des glaces ainsi que de la hausse des niveaux globaux moyens des mers, en sont la preuve.

Les scénarios climatiques pour la France pour le XXIème siècle annoncent des résultats marquants : une hausse de la température entre 3,5°C et 5°C pour le scénario le plus sévère et de 2°C pour le plus optimiste à l’horizon 2100, un changement dans le rythme des précipitations avec une diminution au printemps et en été et une augmentation en automne et en hiver dans certaines régions…

Le Bilan Carbone


Le Bilan Carbone permet dans un premier temps de réaliser un état des lieux des émissions de gaz à effet de serre à un moment donné, de dégager les grands enjeux environnementaux et énergétiques, pondérer les sources d’émission de gaz à effet de serre et de diriger l’action..

La Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences a décidé de réaliser son bilan carbone patrimoine et services c’est à dire de l’administration en tant qu’entreprise, ainsi que le bilan carbone de son territoire.

Le but de ces deux bilans étant d’estimer le poids relatif de chaque poste d’émission de la collectivité ou de chaque secteur d’activité du territoire et de définir un plan d’action. Ce plan d’action prendra la forme d’un document appelé Plan Climat. De ce document découleront la mise en œuvre d’actions opérationnelles sur le patrimoine et les services de la collectivité dans un premier temps et sur son territoire dans un deuxième temps.

Le bilan carbone permettra enfin de mesurer les progrès pour atteindre des objectifs globaux inscrits dans les engagements nationaux.

…………………………………………………

Le Plan Climat Territorial

Un plan climat territorial doit permettre de :

  • se fixer des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, sachant que les sources proviennent davantage de la multitude de petits et moyens émetteurs que de grosses installations plus faciles à identifier
  • mettre en évidence, avec les acteurs concernés, des citoyens aux entreprises et administrations, les moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre au travers de toutes les politiques sectorielles de la collectivité locale,
  • proposer et vulgariser à l’échelle du territoire un plan d’action visant à réduire les émissions et à mieux s’adapter aux impacts du changement climatique,
  • s’organiser en interne comme en externe pour mettre en œuvre le plan d’action avec tous les acteurs du territoire et évaluer les résultats.    )

Les ateliers

Le PCT de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences a été lancé le 8 avril 2011, pour sa phase de concertation. Les acteurs du territoire, à savoir élus, entreprises des zones d’activités, associations, collectivités, chambres consulaires et autres partenaires ont été invitées à participer à des ateliers de réflexion, destinés à mutualiser les idées puis formuler des propositions concrètes et réalisables en matière d’économie d’énergie et de réduction de l’impact de l’homme sur la planète.

Cette phase est actuellement encore en cours, les ateliers se réuniront régulièrement jusqu’au mois de juin.

Les propositions formulées par les ateliers seront ensuite chiffrées en matière de coût et de réduction des émissions de gaz à effet de serre et seront intégrées dans le plan climat. 8 ateliers ont été créés à cet effet (gestion de flotte, déplacements de personnes, agriculture / biodiversité / milieux naturels, électricité, énergie hors électricité, réduction de la production de déchets à la source, bâtiments, nouvelles technologies de l’information et de la communication).

Comptes rendus des réunions disponibles (cliquez sur le PDF pour le télécharger)

Atelier « Bâtiments »

Réunion du 8 septembre 2011

Réunion du 18 novembre 2011 + annexe 1 + annexe 2

Réunion du 12 janvier 2012

Réunion du 8 mars 2012

Réunion du 10 mai 2012

Atelier « Réduction de la production de déchets à la source »

Réunion du 8 septembre 2011

Réunion du 17 novembre 2011

Réunion du 17 janvier 2012 + annexe 1 + annexe 2 + annexe 3 + annexe 4 + annexe 5 + annexe 6

Réunion du 21 février 2012

Réunion du 10 avril 2012

Atelier « Déplacements de personnes »

Réunion du 8 septembre 2011

Réunion du 21 octobre 2010 + annexe

Réunion du 10 février 2012

Réunion du 9 mars 2012

Atelier « Électricité »

Réunion du 18 octobre 2011

Réunion du 29 novembre 2011

Réunion du 6 mars 2012Annexe

Atelier « Énergie hors électricité »

Réunion du 8 septembre 2011

Réunion du 10 janvier 2012

Réunion du 2 février 2012

Réunion du 5 mars 2012

Réunion du 13 avril 2012

Atelier « Gestion de flotte »

Réunion du 14 novembre 2011

Réunion du 23 janvier 2012

Réunion du 13 mars 2012

Atelier « Agriculture/biodiversité/milieux naturels »

Réunion du 8 septembre 2011

Réunion du 17 novembre 2011

Réunion du 24 janvier 2012 + annexe 1 + annexe 2 + annexe 3

Atelier « Nouvelles technologies de l’information et de la communication »

Réunion du 8 septembre 2011

Réunion du 12 octobre 2011

Réunion du 30 novembre 2011

Réunion du 18 janvier 2012 + annexe

Réunion du 7 mars 2012

Réunion du 23 mai 2012Annexe

Atelier  « Dimension sociale »

Réunion du 19 juin 2012

Les actions déjà réalisées

La Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences a déjà œuvré dans plusieurs domaines dont :

–       la gestion des Espaces Naturels Sensibles (ENS) ;

–       la biomasse énergie ;

–       la prévention de la production des déchets ;

–       réflexion sur l’utilisation de l’hydrogène comme vecteur d’énergie ;

–       utilisation de matériaux recyclés dans le cadre de la requalification de la rue Dumaire à Sarreguemines et diminution de l’éclairage public ;

–       mise en œuvre de dispositions de protection de la zone humide sur le chantier de l’Europôle 2 ;

–       construction d’un bâtiment très haute performance énergétique (GACO) ;

–       ….

Pour plus de détails sur ces actions, vous pouvez télécharger le rapport d’activités 2011 en cliquant ici.

……………………………………………………

…………………………………………………………..

A votre tour d’agir : quelques éco-gestes, trucs et astuces…


Les éco-gestes, c’est bon pour la planète et c’est bon pour le porte-monnaie !

Voici quelques gestes simples à adopter au quotidien afin de contribuer à la préservation de l’environnement

 

L’eau

– Je ferme correctement les robinets après usage et ne laisse pas l’eau couler inutilement (un robinet ouvert pendant 3 minutes consomme 18 litres d’eau soit 12 bouteilles de 1,5 litre) ;

– je récupère l’eau de pluie, c’est bon pour mes plantes et l’eau devient gratuite ;

– je nettoie mon véhicule dans un centre de lavage, je consomme moins d’eau, à condition de ne pas y aller à la moindre salissure (les stations de lavage recyclent l’eau et sont équipées de circuits d’évacuation des produits de lavage et des eaux usées) ;

– je prends une douche plutôt qu’un bain car je consomme entre 25 et 100 litres d’eau au lieu de 250 litres ;

– j’équipe ma robinetterie de systèmes permettant de limiter ma consommation d’eau comme des réducteurs de débit, des aérateurs, des mitigeurs ou des douchettes à faible débit.

/!\ Un robinet qui goutte, c’est 35 m3 d’eau perdus par an.

 

 

L’énergie

– J’utilise une multiprise avec interrupteur, j’éteins tous mes appareils en un geste ;

– je débranche mon chargeur de téléphone dès qu’il ne sert plus, il ne consommera pas d’électricité inutilement ;

– je fais fonctionner les appareils électroménagers en pleine charge, j’optimise ma consommation d’énergie ;

– je programme des températures adaptées, c’est plus sain et je dépense moins (19°C dans les pièces de vie et 17° dans les chambres la nuit) ;

– j’utilise des ampoules basses consommation ou des LED (diode électro-luminescente) ;

– j’éteins la lumière lorsque je quitte une pièce ;

– je préfère sécher le linge au soleil plutôt qu’avec le sèche-linge (un sèche-linge consomme deux fois plus d’énergie qu’un lave linge).

/!\ Couper la veille de votre téléviseur peut générer jusqu’à 50% d’économie

Les transports et les déplacements

– Je privilégie les lignes de bus et TER

pour les petits trajets, j’opte pour la marche à pied, le vélo, ou à défaut, pour le covoiturage ;

pour les trajets de longue distance, je me renseigne pour utiliser le train ou le TGV ;

lorsque j’utilise ma voiture, je démarre en douceur pour éviter une surconsommation coûteuse et de forts rejets polluants et je conduis en souplesse ;

– j’évite d’utiliser la climatisation qui entraîne une surconsommation.

 

/!\ Voiture entretenue = pollution réduite de 20% et 10% de carburant économisé

La consommation

– Je centralise et regroupe mes achats en un seul lieu, je limite mes déplacements ;

– je consomme des produits frais et de saison, ils nécessitent moins d’énergie pour leur culture et leur transport ;

– je privilégie les produits en vrac ou pauvres en emballages, je réduis ma production de déchets ;

– je choisis du matériel recyclé, je fais vivre les filières ;

– j’achète des produits du commerce équitable, j’agis pour une économie solidaire ;

– j’utilise des recharges, je produits moins de déchets et c’est économique.

/!\ 1 CD-ROM = autant d’informations qu’une ½ tonne de papier

Les déchets

– J’utilise des sacs réutilisables ou des cabas ;

– j’appose l’autocollant  » STOP-PUB  » sur ma boite aux lettres ;

– j’évite les produits jetables (lingettes, gobelets, piles) et utilise des produits à usages multiples et longue durée (appareils rechargeables ou photovoltaïques, piles rechargeables, ampoules basses consommations…). Dans le cas contraire, j’évite de jeter les lingettes dans le réseau d’assainissement ;

– je bois l’eau du robinet et évite ainsi les bouteilles plastiques ;

– je limite ma consommation de papier (recto-verso, brouillons, éviter les impressions inutiles…)

– je lutte contre le gaspillage alimentaire ;

– je prolonge la durée de vie des biens d’équipement (réparation, don, échange, acquisition de produits de seconde main, antiquaires…)

/!\ En France, 1 jour = 350 millions de litres de déchets soit 155 000 piscines olympiques

Au jardin

J’exclue la consommation de produits phytosanitaires en utilisant plutôt de l’engrais naturel et le désherbage manuel ou thermique ;

– pour lutter contre les insectes indésirables je favorise la venue d’insectes auxiliaires comme les coccinelles ou de plantes comme l’oeillet d’Inde, la menthe, le thym, le basilic, etc.

– je favorise la biodiversité en variant les essences de plantes, en aménageant une mare ou encore en laissant un endroit en friche

– j’utilise les déchets organiques (nourriture, branchages, herbe de tonte…) pour faire un compost 100 % naturel.

/!\ J’arrose le soir plutôt que la journée, l’eau est mieux absorbée.

 

…………………………………………………..

………………………………………………

Pour plus d’informations encore, rendez-vous sur les sites suivants :

http://ecocitoyens.ademe.fr/

http://www.eie-lorraine.fr/Pages/eie.php?Menu=Eie&SMenu=Presentation